Extraits de l’éditorial de Patrick Apel Müller dans l’humanité de ce jour.
La violence des campagnes médiatiques contre les grévistes et la CGT n’a pas changé ce rapport de forces et c’est même le patron du Medef qui a dû, hier, retirer le qualificatif de « terroristes » adressé aux syndicalistes. La colère populaire est forte et elle retentit sur les cotes de popularité de François Hollande et de Manuel Valls, toujours plus basses. Cette confrontation a déjà des conséquences politiques ­ la rupture des électeurs de gauche avec le pouvoir ­ et la recherche d’un autre paysage politique. La majorité présidentielle en est désormais fracturée. Dans le pays, la réalité de la démocratie est interrogée quand, en l’absence de toute négociation sociale préalable au projet, la loi est violée, et que l’usage du 49-3 interdit tout débat à l’Assemblée…