Terrorisme social », « prise d’otages par une minoité », « grévistes illégitimes »… La chorale réactionnaire st de retour et n’a pas changé de refrain. Cette partition ntisyndicale défraîchie est désormais reprise en choeur ans les rangs du gouvernement, pour qui le « dialogue ocial » rime avec répression et domestication. La mise n scène guerrière et spectaculaire de l’intervention olicière sur le site pétrolier de Fos-sur-Mer en dit long ur la stratégie du gouvernement pour discréditer la remière force syndicale du pays, au coeur des résistances u libéralisme. Ce type d’opération idéologique, dont la ible privilégiée a toujours été la CGT, restait jusqu’alors ‘apanage des Le Pen et Sarkozy, premier président de la épublique depuis la Libération à avoir organisé, en 2012, ne contre-manifestation le 1er Mai.