Bien sûr, le petit cercle qui gravite autour du président et du premier ministre a allumé des contre-feux. D’abord, en instillant la thèse du complot de barons noirs ou rose vif. La ficelle était trop grosse… Puis, la légende de l’efficacité chez nos voisins d’une précarisation accentuée et des licenciements facilités pour faire reculer le chômage et garantir l’avenir de la jeunesse. Nous les démontons aujourd’hui dans nos colonnes. Même le chantage exercé par le Medef sur certains syndicats jugés par lui plus complaisants, la CGC notamment, est revenu comme un boomerang. La dernière carte est donc un tripatouillage de texte. Une carte biseautée. Un dernier bluff.
Texte tiré de l’édito de Patrick Appel Muler dans l’humanité de ce jour…