« Il faut réveiller l’électorat de gauche. » Ainsi parle Claude Bartolone, tête de liste socialiste en Île-de-France. Sans vouloir pousser la polémique jusqu’à l’absurde alors que le moment se prêterait plutôt au sérieux et à la gravité, à moins de quatre jours d’un scrutin périlleux, nous pourrions quand même lui rétorquer : mais qu’ont donc réalisé le chef de l’État et son gouvernement pour ne pas étouffer la gauche elle-même ? Nous connaissons, hélas, la réponse : rien. Au contraire, l’exécutif a mis en oeuvre une politique libérale empruntant souvent des recettes à la droite. Appeler aujourd’hui les électeurs de gauche à la responsabilité après avoir trahi à peu près tous les espoirs de 2012, il y aurait de quoi en rire si nous avions le temps de nous amuser…c’est tout autre chose avec les candidats communistes et du Front de Gauche…on a pu encore le vérifier hier soir au cours du débat entre les différents candidats invités à s’exprimer sur divers et nombreux sujets.Sébastien JUMEL a montré tout l’intérêt pour les populations, de sortir des logiques libérales dans lesquelles sont empêtrés les autres candidats et notamment ceux considérés comme incontournables, afin de redonner du sens, des moyens au développement des services publics .