Surtout ne pas en dire trop. Ne pas indisposer notre ami le roi Salmane, qui nous fait la grâce d’acheter nos Rafale, nos vedettes et nos hélicoptères de combat… Alors que le jeune Ali Mohamed Al Nimr, 21 ans, aux mains des geôliers et des tortionnaires de la monarchie saoudienne depuis l’âge de 17 ans, est sur le point d’être décapité, avant que son corps ne soit crucifié jusqu’à son pourrissement, le président de la République, François Hollande, au cours d’une conférence de presse rendant compte du sommet européen de Bruxelles, a brièvement demandé à l’Arabie saoudite de « renoncer à l’exécution », se bornant à rappeler la position de la France « opposée à la peine de mort ». Un service minimum qui ne risque pas de troubler la quiétude du souverain.
De Jean Paul Pierot l’humanité du vendredi 25 octobre