Chacun doit désormais en tirer les conclusions ­ à commencer par les frondeurs socialistes ­ et cesser de croire à un possible changement d’orientation du tandem Hollande-Valls. Le congrès de Poitiers n’a absolument rien changé. Alors disons les choses clairement : une censure de gauche du premier ministre serait la bienvenue. Sinon une urgence !